Et si... ?

Et si... ?

Souvent, lorsqu’on entend parler pour la première fois de la possibilité d’une suspension dans l’espoir d’être réanimé dans un futur plus ou moins proche, une multitude de questions surgit: que se passera-t-il si l’on est seul réanimé alors que famille et amis sont depuis longtemps décédés? Que faire si je me réveille dénué de tout ? Et si un fou décide de faire de moi et mes compagnons endormis ses esclaves ? Quel recours me reste-t-il si l’organisation ne respecte pas son contrat et m’abandonne à mon sort ? Qu’en est-il de l’âme ? Et s’il n’y a plus ni pétrole, ni café, ni chewing gum… ?

Toutes ces interrogations ont finalement trait à la mort et au questionnement qu’elle suscite pour chacun d’entre nous.

Qu’est-ce qui est pire : être un jour réanimé sans famille et amis ou être mort (et le rester) ? Si vous avez aujourd’hui noué de vraies amitiés, pourquoi n’en seriez-vous pas capable dans le futur? Et, qui sait ? Peut-être aurez-vous la chance de voir grandir vos petits-enfants, d’assister à leur mariage et de connaître leurs propres enfants? De plus, les partisans de la cryonie étant de plus en plus nombreux, vous avez d’autant plus de chance de revoir l’un ou l’autre, dans un futur hypothétique. En outre, il n’est pas impossible que vos amis ou les membres de votre famille optent à leur tour pour la cryonie. Certaines familles choisissent en effet de conclure des contrats de suspension pour tous leurs membres.

Quant à être dénué de tout, cette éventualité a peu de chance de se produire puisqu’il existe en effet des fonds pour la protection des biens des personnes cryonisées. Et, après tout, si vous êtes assez curieux pour souhaitez vivre à nouveau dans un avenir incertain, vous êtes certainement suffisamment intelligent et ouvert pour pouvoir vous rendre utile ou apprendre à l’être de nouveau quand le moment viendra !

Enfin, si une organisation, pour quelque raison que ce soit, ne réanime pas les patients cryonisés, vous ne perdez rien : vous ne serez pas plus mort cryonisé qu’enterré ou réduit en cendres. Quant à l’argent perdu, une fois mort, il ne vous est quand même plus d’aucune utilité. Pourquoi dès lors s’en soucier ? Au moins, vous aurez vécu dans l’espoir de connaître un jour un autre futur et non dans la perspective déprimante de vivre à tout moment, peut-être, vos derniers instants. De plus, la possibilité de revivre dans le futur et le fait de choisir délibérément cette option a généralement une influence positive sur la manière de voir les choses et d’appréhender l’avenir.

Comme Marcus Aurelius le disait si bien: “Ne vous plaignez pas de la vie, la porte qui mène à l’au-delà est toujours ouverte”. Autrement dit, on peut mourir à chaque instant, profitons-en tant qu’il en est encore temps! Les adeptes de la cryonie mordent la vie à pleines dents et saisissent chaque occasion de vivre pleinement aujourd’hui… et plus tard.